Little Dragon


Yukimi Nagano, Erik Bodin, Fredrik Kallgren et Hakan Wirenstrand se sont rencontrés dans un lycée de Goteborg en Suède, déjà une vieille histoire. Ils ont commencé à jouer quelques notes de musiques et depuis, la ballade a pris des intonations de longévité. La légende voudrait que “Little Dragon”, le nom adopté par le groupe, provienne des coups de colère piqués par la belle lors des enregistrements en studio. La bête fumante, de peu de hauteur, semble depuis avoir dirigé son énergie sur un registre plus fantasque…

My step – 2009

A force d’énergie et d’une pétillante créativité, leur synthpop gagne en profondeur.  Ils enchantent ainsi l’âme groovy d’innovations sonores à la limite du vaporeux. Un rien glaciale, la musique se fait scandinave, donc forcément novatrice, intrépide, fantasmagorique. N’est pas suédois qui veut et, en matière de musique, il faut bien avouer que le viking s’est départi de sa rugosité; les chimères pop ayant supplanté les anciennes divinités. On savait la Suède douée pour le partage de la musique avec Pirate Bay et Spotify, sa créativité était moins évidente, ou du moins, plus confidentielle. Little Dragon vient secouer le panier des idées préconçues…

Twice – 2007

Little Dragon aime les tendances, se détourne du chaos et adhère au principe de la mélodie reine. La voix délicate et cassée de Nagano ne peut le contredire; le son est l’essence du groupe. Le groupe manipule les sons dans tous les sens, jusqu’à déconcerter. L’indie électronique permet à Little Dragon ce mouvement perpétuel, cette recherche sans fin de la nouveauté, du son accrocheur, de la douce mélodie dissonante, mais toujours harmonieuse. Le quartet l’a bien compris, la stagnation est l’ennemi de la création. Nul repos, il faut courir après le temps qui dépasse et surpasse les rythmes des évidences musicales…

Nightlight – 2011

L’inédit n’est qu’un habit, et le faux-semblant, une règle. Little Dragon est très certainement expérimental, et c’est du travail! C’est éthéré, absolument aérien et totalement incarné. Nagano a de la personnalité, on l’a vu. Il faut du tempérament pour apprivoiser le feu sous la glace, et les trois représentants mâles ont su s’y prendre pour canaliser leur muse, sans pour autant la brider.

Fortune – 2009

Les quatre compères sont parvenus à délivrer un ensemble disparate, une galaxie musicale dispersée, qui tel l’infini ne saurait se laisser enfermer. Le défi de Little Dragon se situe là: à la croisée des genres, l’ultime but est de tous les traverser sans s’y arrêter. Little Dragon en deviendrait presque fourbe, mais on peut se satisfaire de cette tendance enfantine à l’hyperactivité inventive.

About these ads

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s